Comme des lucioles en plein jour ...

11 mars 2010

Ces paroles.

Il existera certainement toujours cette catégorie de gens, maladroitement risibles, qui prennent plaisir à rouvrir les plaies. C'est tout-à-fait innocent à l'origine, et plus ils voient combien cela vous atteint, plus ils ont le besoin de continuer, de devenir plus incisif, vicieux. Ne pas se retourner. Ne rien répondre. Se contenir est alors très difficile, les mots viennent facilement, les répliques viennent rapidement aux lèvres, mais enfin, rentrer dans son jeu serait un signe de faiblesse. Or la faiblesse, rappelons-le, est le plus détestable chez l'homme. Ravaler sa fierté, son honneur, son amour-propre, ses larmes tant qu'on le peut. Temps qu'on le peu, temps souvent bien court. 'Souffrir sans gémir ou se plaindre, sans un cri'.

"Le temps efface toutes les blessures, même s'il ne nous épargne pas quelques cicatrices" Marc Lévy

Posté par diurnalfireflies à 18:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


27 février 2010

Comme au cinéma : THE END

Il n'est jamais facile de dire adieu à un épisode de sa vie, marquée de ressentis et de personnes influentes. "Des images me reviennent, comme un film à l'ancienne" aurait dit la russe. Après avoir cherché des explications et avoir compris qu'il n'y en avait pas ; après avoir fait face à la tristesse, la colère s'empare de notre pauvre être. Le remède met du temps à se laisser trouver, les idées s'entremêlent sans cohérence, et on finit par abandonner. Accepter et avancer, ne pas s'arrêter sur un échec. Il n'y a donc aucun enseignement à tirer de tout cela, si ce n'est qu'on ne peut jamais connaître l'Autre, un être factice. Sentiment d'avoir été trompée, sans avoir pour autant perdu un mois d'existence à apprendre.

"La meilleure façon de penser est d'écrire" Pasqual Quignard

Posté par diurnalfireflies à 11:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]